Traductions des chapitres

Discussion à propos des derniers chapitres parus en scans.
Règles du forum
Jusqu'à la sortie de la raw du chapitre, tous les posts parlant des spoils (camshots, scripts...) doivent être mis entre les balises [spoil].

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar syte21 » Lun 03 Août, 1:27 pm

Je voulais savoir si je donne la traduction en français une fois finie en entier ou bout par bout ?
syte21
Chasseur du dimanche
Chasseur du dimanche
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7
Inscrit le: Sam 01 Août, 12:36 pm

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Kei-kun » Lun 03 Août, 1:40 pm

Perso, je dirai quand t'as fini la trad d'un chapitre, tu la poste mais d'autres préfereront peut-être avoir page par page ^^
Image
Kei-kun
Gantzer Berserker
Gantzer Berserker
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18994
Inscrit le: Dim 20 Nov, 8:31 pm
Localisation: Essos.

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Nico » Lun 03 Août, 2:15 pm

Ba, comme tu veux...

Perso je lirais tout d'un coup (le chapitre j'entends), mais si tu poste page par page rien oblige à lire tout de suite...^^
Image
Nico
Canard en plastique
Canard en plastique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2015
Inscrit le: Dim 08 Fév, 4:08 am

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Exicron » Lun 03 Août, 7:58 pm

Poste le plus petit que tu peux, comme ça c'est plus facile/moins chiant pour checker.
OKLM
Image
Exicron
Caractère psychotique
Caractère psychotique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9970
Inscrit le: Lun 14 Jan, 9:06 pm
Localisation: aux WC

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar syte21 » Mar 04 Août, 3:54 pm

/!\ ATTENTION /!\ Voici LE gros pavet à lire !!!! :affraid: :razz: :D

Veuillez m'excuser s'il y a des erreurs d'orthographe, des phrases qui ne ressemblent pas à du Voltaire, je me suis donné à fond, et j'ai fait ce que j'ai pu !

Toute remarque constructive est la bien venue ! :cool:

Sur ce, place au texte !



----------------------------------------------------------------------

[0]





Ooki ne croyait pas en une vie après la mort.

Non, en fait, il ne pouvait toujours pas croire qu'une telle chose existe !

Ayant déja vu de nombreuses morts se produire juste devant ses yeux, il ne comprenait cela que trop bien.

Une fois que vous mourez, c'est la fin. Ce qui était autrefois un être vivant devient juste une chose, et tout ce que l'on pourrait appeler une «âme» ou un «moi» disparaît sans laisser de trace.

On vit aussi longtemps que notre vie est liée à une interface matérielle connue comme un "corps".

Mais ce qui se trouvait maintenant devant lui s'apparentait à la réincarnation de la Mort en un être matériel... Un martèlement de bruit métallique, tel un morceau de métal se heurtant à un autre, s'approchait encore, et encore. Si Ooki restait là à ne rien faire, il verrait lui aussi, sans aucun doute, la mort s'effondrer sur lui.

Tout comme il l'avait été pour ses camarades, il va de nouveau être le témoin de l'inhumanité de cette chose qui arrache la vie des êtres humains. Tout autre détail qu'il aurait pu garder à l'esprit à ce moment précis était inexistant.

C'était terrifiant. Cette chose apportait la mort avec elle, la mort avec son obscurité absolue et son néant.

Mais en même temps, il était horriblement attiré. Une fois la mort arrivée, il serait libre de tout cela. De la peur, la douleur, l'angoisse ... plus rien ne serait en mesure de lui causer de la peine...

Kashihara Ooki avait un regard de plus en plus frénétique à l'approche de cette ombre. Son X-Gun, qui habituellement semblait aussi léger qu'une lampe-torche, pesait maintenant terriblement lourd dans ses mains. Tout à coup, comme s'il se souvenait qu'il existait, il leva son X-Gun devant lui ! Il n'a jamais essayé de le pointer sur lui-même et de tirer sur la gâchette. Il n'a aucun moyen de savoir si cela fonctionne. Mais c'est peut-être maintenant le temps de le découvrir !

L'ennemi, qui parraissait plus répugnant au fur et à mesure de son approche, se trouva finalement devant lui. Ce monstre esquissa un petit sourire pour lui-même. Des petites armes étaient situées derrière son dos à la manière d'une statue bouddhiste. C'est alors qu'il brandit ces lames tranchantes au-dessus de sa tête.

Une petit sourire nerveux toucha les lèvres d'Ooki...

«Non ... Je n'y crois pas !"

En fin de compte, ce n'était pas la peur, ni même un désir de mort qui a poussé Ooki à l'action...

... mais la vie !

Crispé une fois de plus sur son arme, Ooki tena le X-Gun directement devant lui. Avec une agilité acquis par la faible pratique, il pointa le canon vers son ennemi, et appuya sur la gâchette.

Une seconde plus tard, un support métallique explosa à distance. Il avait esquivé !

Mais peu importe. Ooki n'en fit rien.

Il était déterminé !

«Je ne vais pas mourir de tes mains ! "

Même s'il était vivant et bel et bien de retour en ce lieu, cela ne pouvait seulement signifier qu'il avait retardé un peu plus l'heure de sa mort . Et ce, même si Ooki choisit alors de vivre. Il devait combattre, vaincre cet ennemi, et revenir...

Le combat en solo a commencé !



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




[Minus 0030]




-1-




Un soupir échappa de ses lèvres.

Le coucher de soleil peignait le ciel d'un rouge profond. Ooki marchait dans la de la rue quasi déserte, parmi les longues ombres des bâtiments aux alentours, en pensant à sois, tout simplement.

Aujourd'hui, un autre de ses camarades de classe avait trouvé la mort. Un suicide apparemment... "Apparemment", car la raison n'était pas claire. L'état dans lequel ils l'avaient trouvé ne pouvait guère aider conclure à autre chose, mais il n'y a eu aucun message ou quelque chose du genre.

La volonté de mourir sur une simple impulsion... "Un certain choix" a estimé à Ooki, comme si c'était l'atmosphère qui régnait actuellement dans son école. C'était le deuxième cas ce mois-ci. Le cinquième de cette année. Ce dont Ooki était conscient, c'est qu'il n'y avait jamais eu une année avec autant de suicides.

Ce n'était pas comme si Ooki ne pouvait pas comprendre la notion de sa propre mise à mort en raison d'un d'esprit étroit.

En effet, chaque jour il se demandait pourquoi la vie était remplie d'obstalces fastidieux.

Par exemple, demain marquera le début de l'examen final de l'année scolaire.

Même si l'étiquette de premier de la classe était hors de question, il y avait toujours le danger que ses notes tombent trop bas, ce qui ajoutait un certain stress. Car une ne certaine quantité de travail était nécessaire pour assurer un résultat décent.

Il avait une très bonne maîtrise des personnalités des enseignants et de leurs goûts, de sorte qu'il n'était pas trop difficile de prévoir ce qui était susceptible de tomber à chaque examen, et donc à travailler. Mais s'assurer qu'il avait une bonne compréhension de ces domaines était un frein.

Hier, il n'avait pas pu dormir jusqu'à passé 2 heures du matin.

Bien qu'il se soit économisé durant ses cours, une fois les heures de classe passées, la fatigue avait vraiment commencé à s'installer.

"J'espère que je pourrais mieux dormir cette fois, ou je ne pourrais plus rien faire après ..."

Il se demandait franchement la raison exacte pour laquelle il avait dû aller aussi loin. Mais, pour tenir au jour le jour, et toujours obtenir les moyennes qui sont cruciales pour l'examen de fin d'année, une certaine quantité de surmenage était tout simplement la seule issue.

En fait, les notes elles-mêmes ne se sont pas données la peine de dépasser le lot de la classe. Il n'avait tout simplement pas envie de se démarquer.

Ooki avait toujours été du genre à se démarquer dans une mauvaise voie. Appelez ça un don, ou appelez ça comme vous voulez, mais les nombreux problèmes que d'autres ont enduré, Ooki avait souvent tendance à trouver des raccourcis pour les éviter et à atteindre le but fixé sans trop d'efforts.

Cependant le don que possédait Ooki était assez limité. En général il n'avait pas la possibilité de dépasser une personne ordinaire, et les fois où il ne pouvait pas imaginer quelque chose pour prendre un des ces fameux raccourcis, il était sans espoir ! A ce moment-là, en un instant, il était soumis à un flot énorme de pression. Ce qui n'était pas le cas de ceux qui l'entouraient.

Si vous vous démarquez de la foule, vous allez être étiquetté à coup sûr. Cela peut ne pas paraître évident, mais les gens ont leurs façons à eux de vous le faire ressentir. Dans ce cas, il vaut mieux ne pas se démarquer en premier lieu.

Ayant appris cela de ses expériences à l'école primaire et du début du milieu scolaire, depuis lors, il avait cessé de chercher la perfection, afin d'introduire un niveau raisonnable d'imperfection dans son travail.

Il avait cessé de jouer au football - un sport qu'il avait toujours pratiqué depuis l'école primaire - parce que, encore une fois, cela engendrait trop de problèmes.

Il aimait le football ! C'était amusant de penser à des moyens de déjouer ses adversaires. Et ce sentiment de réalisation quand une stratégie touchait à son but. C'était irremplaçable !

Mais le résultat obtenu de cette façon avait un goût d'amertume : ses aînés ont commencé à le mettre de côté. D'un point de vue du spectateur, le style de jeu d'Ooki semblait n'être rien de plus que de tirer profit des efforts des autres. Le fait que les objectifs n'auraient pas été atteind sans la participation d'Ooki a été totalement ignoré. Personne d'autre n'avait remarqué ses possibilités. Le fait que sans la participation d'Ooki, l'équipe adverse aurait trouvé beaucoup plus d'opportunités pour marquer, n'a jamais été soulevé.

Il avait réalisé la manière dont ses aînés le voyait. Ooki avait d'abord tenté de résoudre le problème en changeant son style de jeu, mais changer ses habitudes qu'il avait construit au fil des années et des années de pratique s'est avérée une tâche difficile. Sans même s'en rendre compte, il trouvait lui-même des occasions en or pour marquer.

Donc, en fin de compte, il n'avait d'autre choix que de régresser délibérément. Faire en sorte que son jeu soit moins parfait. Mais cela demandait tout simplement beaucoup plus d'efforts que de se concentrer sur la façon de jouer efficacement. Il n'avait jamais pensé qu'être un mauvais joueur pouvait demander autant de travail.

"Rah... Pourquoi avoir réalisé tout cela, pour finalement n'endurer que de la douleur ...?"

Ooki s'étira alors, poussa un gémissement, et pris une posture détendue avant de se précipiter sur le chemin du retour. S'il ne l'avait pas vécu lui même, il n'aurait sans doute pas cru que cela soit possible. Avec une vie bien remplie, mais sans soucis, et sans aucune mort à l'horizon, la pensée de se jeter du haut de l'immeuble, le plus haut et le plus proche, lui venait à l'esprit à quelques reprises.

Peut-être que le suicide de la victime d'aujourd'hui avait été pensé dans le même sens que le sien, quand il a choisi la mort plutôt que la vie. Pourtant, Ooki n'avait pas l'intention de faire ce choix dans un avenir proche. Penser à ça était une chose, mais passer à l'acte était une toute autre histoire.

"Aaaaaaaaaaahhhh!"

Ooki leva brusquement sa tête. Un cri ! Pas le genre de voix que vous entendez tous les jours ! Scrutant frénétiquement tout autour de lui pour chercher l'origine de la voix, ses yeux se sont immobilisés sur la scène juste au-dessus de lui.

Un enfant était suspendu au balcon d'un appartement ! Un autre enfant, penché sur le bord du balcon, le retenait en lui aggripant la main dans une vaine tentative de sauvetage. Mais ses efforts paraissaient cruellement insuffisants. En un clin d'oeil, il vit que l'appartement était au sixième ... non, au septième étage. Ooki ne pouvait pas être là-haut à temps.

« A l'aide ! Ya quelqu'un ! Appellez le 110 ! Ce gamin ... !! "

Voyant du coin de l'oeil le passage d'un homme d'affaire sortir précipitamment son téléphone portable, Ooki coura directement sous le balcon où l'enfant était suspendu.

L'emprise de l'enfant sur le bord de la rampe du balcon avait fini par lacher. Comme s'il glissait dans les airs, il avait lentement commencé à chuter. Avec un petit gémissement étouffé pas ses dents serrés, Ooki se retrouva en-dessous de l'endroit où l'enfant était en train de prendre de la vitesse.

C'est alors qu'il revint à lui.

"Huh ?!! Qu'est-ce que je suis en train de faire... "

Ooki ne savait pas exactement à combien de mètres était ce septième étage, mais en supposant qu'il y avait environ trois mètres par étage, une vingtaine de mètres devait être une estimation juste. La vitesse d'un objet tombant de vingt mètres de haut... ehm ... 14 mètres par seconde? En supposant que l'enfant pèse une trentaine de kilos ... 30 kilos à 14 mètres par seconde ... ça fait environ 50 kilomètres par heure ...

Tout cela était venu à l'esprit d'Ooki en l'espace de deux secondes durant la chute de l'enfant ; la dernière chose qui s'affichait dans sa tête était une image de l'une de ces expériences d'accident de voiture que l'on voit souvent à la télévision.

Il imaginait difficillement le corps être plus sévèrement éclaté que l'avant de cette voiture !

L'impact de la chute de l'enfant était plus petit que ce qu'Ooki avait imaginé.

Le petit corps, qui entra en contact avec ses bras, imposa une grande partie d'énergie cinétique. Ce qui étendit le squelette d'Ooki à sa limite élastique, qui finit par rebondir et s'effondrer sur le sol à proximité.

Après avoir été frappé par une une force équivalente à celle d'un club de golf de la taille d'un enfant, Ooki n'était pas en mesure de contrôler son effondrement. Il s'écrasa la face la première dans le sol à une vitesse considérable ! Et comme pour finir ce spectacle en beauté, après ce choc pris à une vitesse d'au moins 30 km/h, la tête d'Ooki a eu la malchance de frapper le bord du trottoir.

C'est ce léger coin arrondi et lisse de béton qui a finalement brisé le crâne d'Ooki en morceaux.

Avec un choc comme il n'en avait jamais encaissé, Ooki perdit connaissance, et sentait vaguement que sa mort était arrivée bien trop soudainement...






--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





-2-





...Dans son cas, la mort était une expérience inhabituelle qu'il avait cependant anticipé. En particulier son corps. Il avait été en mesure de dire instinctivement que ses blessures étaient mortelles. Mais cependant, il constatait que pour une raison quelconque, sa conscience semblait étrangement claire et vive.

Pourtant, il ne pouvait y avoir aucun doute qu'il était mort. La dernière chose qu'il avait vu était un ciel rempli de nuages d'un rouge profond. Il vivait ... oui ! Il n'était pas loin de sa masison.

Et pourtant, maintenant, la scène qui s'offrait à ses yeux était le plafond d'une sorte de chambre. La forme de la lampe, le motif du papier peint ... rien ne semblait familier.

En se rassiant de lui-même, il regarda la salle tout autour de lui.

Dans l'ensemble, elle était remarquablement sobre. Le papier peint était blanc, et il y avait très peu de mobilier. Tout ce qu'elle semblait contenir était une foule de gens.

" Il... Il y en a... Il y en a un autre ..."

Quand Ooki se tenait enfin droit quelqu'un parla. Ooki, toutefois, ne se rendait pas compte que les mots étaient pour lui.

"O ... Où ... hein ...?"

Ooki n'avait jamais pensé au monde après la mort, mais ce n'était certainement pas ça qu'il avait prévu. Ce qui était particulièrement choquant - ou plutôt, ordinaire, ce qui paradoxalement semblait étrange - était la Tour de Tokyo, visible au-delà du balcon. Le ciel était relativement sombre dehors, mais il y avait encore un soupçon de couleur rouge dans le ciel au-dessus de la Tour.

"C'est ... c'est la Tour de Tokyo, à droite ...?"

"Oui, c'est elle."

Ooki avait seulement murmuré cela pour lui-même, mais sa question a trouvé réponse auprès d'une fille située à sa droite, penchée, et qui le regardait .

Ai-je fais quelque chose de mal? Ce fut la première chose qu'il avait pensé suite au regard jeté par la fille. Ses yeux, qui le fixaient, étaient terriblement froids.

"Eh - Ehm ... je ...»

La jeune fille détourna les yeux, et a donna un petit soupir, avant de poursuivre.

«Bon, je suppose que c'est naturel."

"Hein? ... Naturel? "

«C'est naturel dêtre désorienté au début."

Commençant à saisir ce dont la jeune fille parlait, Ooki à ses pieds, son visage toujours inquiet et perplexe.

«Savez-vous quelque chose à propos de tout cela? Où est cet endroit? J'étais sûr d'être mort, donc ... sauf qu'il ya quelque chose qui cloche dans ma tête ... "

"Je pense que votre tête va bien. Par contre, pas de doute, vous étiez bel et bien mort ".

Après cette brève réponse, la jeune fille se détourna d'Ooki encore confus, et regarda autour d'elle les gens l'entourant.

"Pourriez-vous tous m'écouter?"

Cela ressemblait plus à un ordre qu'une question. Un ordre oppressif, même.

"Je suis sûr que la plupart d'entre vous n'ont aucune idée de ce qui se passe maintenant, et je voudrais que vous soyez tous calme et que vous écoutiez".

...

" L'enfer ? " Impossible de cacher son irritation, un jeune homme d'affaire lança un regard furieux vers la jeune fille.

"Nous n'avons pas le temps d'écouter votre barratin ! Pourquoi devrions-nous rester ici et écouter quelqu'un comme vous, hein ? "

"Alors je vous laisserez mourir ! "

La réponse de la fille fut directe et brutale. L'homme qui avait répliqué était à présent confus, et mis un bon moment avant de nouveau regarder le visage de la jeune fille.

"Qu ... Qu'est ce que cela veut dire?! Tout cela n'a aucun sens! "

"Il n'est pas question de savoir si ce que vous pensez à du sens ou non. Tout ce qu'il faut savoir, c'est que si vous ne m'écoutez pas, vous allez mourir. Voilà ce qui est sûr ! ».

"H - Hey ..."

Ooki prit enfin la parole.

«Vous venez de dire que j'étais mort, non ? Si j'étais mort, alors cela veut dire que je suis, et bien, revenu à la vie? "

Tous les yeux dans la salle se s'étaient tournés vers Ooki en un instant, et la jeune fille se retourna avec le même regard que précédement. Il semblait que tout le monde dans la salle s'était interrogé sur la même chose.

Soudain, un rire vulgaire vint de l'extrémité de la salle.

"Akari, c'est pas utile d'en dire plus. Ces idiots vont pas survivre un seule seconde même si tu leur dis "

Cherchant l'origine de la voix en question, les yeux d'Ooki s'étaient immobilisés au loin, sur une sphère noire d'un mètre de diamètre. Un objet étrange.

Quelques homme étaient assis derrière la sphère. Chacun d'eux portait quelque chose qui ressemblait à une sorte de vêtement moulant, une combinaison noire. L'homme qui avait parlé était parmi eux.

Il était l'image même de l'homme sale. Ses cheveux semblaient ne pas avoir été coupés depuis longtemps, et son enchevêtrement de boucles, avec des mèches blanches visibles ici et là, allaient jusqu'au niveau de ses épaules. Ses dents,étaient sales, grises et de couleur jaunâtre, et remplies de crasse.

"Comment pouvez-vous ne penser qu'à vous mêmes ? Et je ne te parlerais même pas de ta sois-disante aide, de toi ou des tes amis."

Après avoir entendu les paroles d'Akari, il leva brusquement les épaules. Son sourire s'effaça, mais son regard était bien présent. Son regard était troublant, presque reptilien.

"Fais comme tu veux, mais fais en sorte qu'il ne soient pas sur notre chemin, ok !?! "

La femme - Akari - choisi d'ignorer l'homme aux yeux froids, et se tourna vers Ooki.

"En réponse à votre question, oui. Et il en va de même pour tout le monde ici. Ce sera tout? "

Finalement, en donnant une réponse concise, elle regardait autour d'elle les gens qui lui renvoyaient un air d'irritation.

"Oh, et ne vous inquiétez pas, il en va de même pour moi. Mais ce n'est pas la question. L'important est ce que je dirais, et que vous ferez exactement . Si vous ne le faites pas, alors vous allez réellement mourir. Et je suis sûr que vous ne voulez pas cela encore une fois. "

"M ... Mais que sommes-nous supposer ..."

C'était un homme d'affaire qui portait des lunettes épaisses et qui parlait d'une voix faible. Après avoir fixé un brusque coup d'oeil sur lui, Akari pointa la sphère noire.

"Dans peu de temps cette chose va commencer à jouer de la musique. Quand elle le fait, elle nous fournit du matériel. En premier lieu, assurez-vous tous de porter une combinaison."

"Combinaison ...?"

Juste quand Ooki regardait la sphère noire et a murmura ce seul mot, quelque chose se passa.

Comme si les mots de la jeune fille avait agi tels une sorte de signal, la distorsion d'un son de tambour venait de la matière noire. Elle était suivie peu après par le son d'une guitare et d'une demi-voix criante. Cela ressemblait à un mauvais groupe de rock, mais curieusement, Ooki senti qu'il avait déja entendu la chanson quelque part avant.

Mais bien sûr qu'il l'avait déja entendu ! C'était une version très modifiée de "Radio Song exercice". Les voix n'étaient certainement pas en japonais. Savoir si oui ou non les paroles étaient intactes était une bonne question.

En même temps, la surface de la sphère, qui était jusque là parfaitement noire, commença à afficher un texte écarlate. Ecrit tel un gribouillage maladroit, le texte mélangeait des mots anglais et japonais.

"VOUS avez PERDU vos vies. / DONC, c'est A MOI de choisir comment utiliser vos NOUVELLES VIES / C'est la LOGIQUE

"... Qu'est-ce que ...?"

Comme les mots glissaient tels un gémissement sur les lèvres d'Ooki, Akari répondit sèchement.

"Vous comprenez ce que cela veut dire, oui?"

"... Je ne sais même pas quoi dire."

Avec un sourire ironique, Ooki se retourna, seulement pour voir qu'Akari n'avait pas le moindre sourire.

«Lire ceci attentivement ne sert à rien, par contre il va nous dire contre qui nous sommes sur le point de nous battre ".

Regardant de nouveau la sphère, Ooki lu la phrase qui remplaça la première.

"... Shoutoku Aliens ?"

L'image qui apparaîssait sur l'écran ressemblait à des portraits datant des environs de la période Asuka de l'histoire japonaise. Un étrange sentiment de conviction permit à Ooki d'en déduire que c'était en fait une photo plutôt qu'un portrait, mais les vêtements, et la louche à la main, rappelait un nom beaucoup plus connu.

"Prince Shoutoku?"

Une femme de bureau rondelette, à genoux à côté d'Ooki, fixa la sphère et répéta avec méfiance le nom.

A côté de l'image, en plus du nom "Shoutoku Alien", les informations suivantes étaient écrites.

"Caractéristiques: Ressemble au Prince Shoutoku / Il y en a beaucoup comme eux / Attention à la louche ! / / Aime: Prince Shoutoku / / Phrases favorites:« Ne m'appellez pas Umayado! "," Je lance ces dix-sept articles »,« Aaaaaghhhhhh "

"On dirait qu'il essaye de plaisanter, vous ne trouvez pas ? Mais il n'y a rien de drôle là dedans ! "

Akari lacha ces mots d'un ton sec, qui ricochèrent sur le visage d'Ooki avec un froncement de sourcils.

Et puis, la surface de la sphère parfaitement lisse se divisa soudainement. Une partie sur le côté gauche, une partie sur le côté droit, et une à l'arrière, tous vers l'extérieur, révélant un certain nombre de casiers en métal, contenant des armes à feu et un petit nombre de malettes avec des poignées.

Akari regarda à l'arrière de la foule qui murmura dans un malaise commun.

"Tout le monde va à l'arrière de la sphère, et va chercher sa valise avec son nom sur le dessus"

En même temps qu'elle parlait, Akari retira le large vêtement qu'elle portait. Ooki fut surpris un instant, mais tout ce qui apparu était un costume noir, identique à ceux que portait le groupe d'hommes derrière la sphère.

"Le temps est court ! Vous trouverez des costumes comme celui-ci, à l'intérieur des valises, donc pressez vous et enfilez les ! "

"Elle a raison ... il ya des noms dessus..."

Un cinquantenaire atteind d'une calvitie pris alors une valise en main et regarda vivement les caractères gravés sur la surface.

"Euh ... est ce qu'il y a un Ooki-kun ici?"

L'homme tenait la malette, et bien sûr, le nom "Ooki-kun" était gravé en hiragana maladroit.

"Ou... Oui, c'est moi ..."

Regardant avec hésitation Akari, Ooki vit un visage qui ne pouvait que signifier " va le chercher" . Il se mit sur ses pieds, marcha et prit la malette.

C'était plus léger qu'il n'y paraissait. Pendant un instant, il se demandait s'il y avait un costume à l'intérieur de toutes les malettes, mais il n'avait pas pas besoin de s'en inquiéter. Après l'ouverture de la malette, il a été accueilli par un costume soigneusement plié. Il avait imaginé quelque chose d'un peu plus rigide, mais avec le toucher, la combinaison s'avairait terriblement mince ; il était extrêmement difficile d'imaginer que cela pourrait être d'une utilité quelconque.

«C'est ridicule!"

Une jeune, très jolie jeune fille jeta sa combinaison à ses pieds. Ooki lui-même était très réticent à porter la sienne, mais avec la froideur du regard d'Akari encore sur lui, il a rapidement commencé à défaire les boutons de son uniforme.

Puis c'est arrivé.

Le corps de la jeune fille qui avait jeté son costume a commencé à disparaître.

Pour être précis, le haut de sa tête avait disparu, comme tranchée par un objet pointu. Et pourtant, aucune goutte de sang provenant de la blessure, et la jeune fille montrait peu de réaction, si ce n'est de la perplexité face aux regards des personnes alentours.

Mais la disparition de la jeune fille ne s'est pas arrêtée là. Comme si elle était rognée, l'ensemble de sa tête disparu, peu à peu, puis ce fut le tour des épaules, de la poitrine, du torse et des bras qui disparurent complètement.

"Qu... Qu'est-ce-que ... ?!"

«C'est le transfert."

Impossible de saisir le sens de ses paroles, Ooki regarda avec hésitation autour de lui, et avec un soupir, Akari le regarda avec une expression irritée.

«Nous sommes tous sur le point d'aller sur le champ de bataille. Ne cherchez pas par quel moyen nous y allons. Il suffit de mettre la combinaison. Si vous n'êtes pas concentré, il n'y a aucune garantie que vous restiez en vie, même avec votre combinaison. "

"Ce... Cette chose ?"

Ooki regarda la combinaison dans ses mains.

Une fois la première jeune fille disparue, la personne suivant fû l'homme aux yeux froids, celui qui avait appelé Akari par son nom la première fois. Ne présentant aucun signe d'impatience, il disparu dans le processus de transfert avec l'arme qu'il avait pris de la sphère.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


-3-


Les transferts continuèrent sans répis. En fin de compte, de la foule de gens, seulement Akari et Ooki demeurait encore présent.

Comme Ooki était dans un état de choc, il prit une arme de gros calibre avec le canon séparé en trois dans une main. Regardant en arrière, il vit Akari, déjà à mi-transfert, le regarder avec son fameux regard.

Avant qu'il ait eu l'occasion de dire quoi que ce soit, Akari disparu devant ses yeux. Immédiatement, la respiration d'Ooki devint rugueuse, et son corps envahi par une soudaine panique folle. Qu'est-ce qui est sur le point d'arriver sur Terre ? Il resserra alors sa main sur son arme étrange.

Tout à coup, la vue devant lui changea. Une foule de personnes étaient à pied et venaient en face de lui. D'un peu loin, il pouvait entendre la voix d'une vendeuse de bonne humeur, et le grand bruit de l'agitation de la foule qui venait de partout.

Evidemment, il était dans un quartier commerçant, quelque part. La route où il se tenait était étroite, avec des boutiques qui bordaient les rues de chaque côté. Un bout de toit au-dessus de sa tête, il continua son chemin droit devant lui.

"Que ... Où ... Où suis ... Hey!"

Comme si elle ne pouvait pas voir Ooki, une femme au foyer avec des sachets plastiques en main, marchait droit vers lui. Après des regards jetés par la confusion de l'endroit où il se tenait, elle continua d'avancer vers lui, et il a été forcé de se précipiter hors de son chemin.

À peine avait-il fait cela, que d'autres personnes lui coupaient le chemin. Un homme d'affaire sur le chemin de sa maison a cru à tort que quelqu'un d'autre l'avait bousculé, et arrêta un homme marchant juste à côté d'Ooki.

"Huh ...?"

Naturellement, comme le deuxième homme a été accusé à tort, l'ambiance devenait rapidement désagréable. En cet instant, Ooki voulait corriger le malentendu, mais il s'est arrêté. Il n'était pas nécessaire de s'engager dans une mauvaise situation comme celle-ci dès maintenant.

«Ils ne peuvent pas nous voir."

Le son de la voix d'Akari raidit Ooki, et il parla sans réfléchir.

"A ... Akari... san ... ...?"

"Une fois que la mission commence, les seuls personnes qui peuvent nous voir sont nos ennemis. De même, les seuls qui peuvent voir l'ennemi ce sont nous. "

«Je ... je vois ..."

Malgré l'avertissement d'Akari il y a seulement quelques instants, par la simple normalité de ces nouveaux environnements Ooki était bercé dans un sentiment de sécurité. Quelque part il estimait que, peut-être dans toute cette affaire, ce n'était pas si dangereux après tout. Akari avait probablement dit toutes ces choses à tout le monde car elle était excitée. C'est probablement juste une sorte de jeux ou une caméra-cachée, et il y a sûrement des téléspectateurs qui rigolent .

En fait, le calme d'Akari suggérait cela. Dans ce cas, il n'y avait pas vraiment beaucoup de raison dêtre stressé, après tout. Ooki senti comme si il avait enfin trouvé une réponse raisonnable.

Ses nerfs se relachèrent, Ooki regarda Akari à nouveau. Oui, elle devait être une sorte de comédienne ; d'ordinaire ces filles ne sont pas aussi attrayantes.

"Votre nom?"

Elle regarda de nouveau avec force Ooki, et parla de nouveau avec son ton grave. Comme si elle pouvait dire exactement ce qu'il avait pensé, il regarda en arrière avec son coeur battant.

"Ooki-kun, n'est-ce pas?"

"Mon nom est ... Kashihara Ooki. Et vous? "

Après un instant d'hésitation, il a décidé de demander son nom ainsi. Il savait qu'elle s'appelllait Akari, mais qui sait si c'était son prénom ou son nom de famille, ou même son vrai? Peut-être que s'il entend son nom, il la reconnaîtra de quelque part.

Si elle était vraiment une actrice qui était apparue à la télévision ou autres, la chance de ce qui était probablement une sorte de caméra cachée était certainement possible.

"Jinguu Akari. Appelle moi juste Akari. Pourriez-vous vous essayer de cacher ça quelque part? Vous avez la combinaison, au moins, mais si vous voulez survivre, vous ne devez pas être trouvé par l'ennemi."

En regardant toujours Ooki d'un air renfrogné, Akari parla plus froidement que jamais.

"Ok... Je devine que tu es droit. Je ne veux pas que tu te barres ou autres. ".

Un peu fâché par son ton, Ooki décida de faire comme elle le disait, c'était la meilleure issue.

Il n'a pas reconnu le nom de Jinguu Akari, mais il semblait clairement que ce n'était pas le monde réel. Dans ce cas, il n'y a aucune raison de ne pas jouer avec la loi. On a pas la chance de vivre quelque chose comme ça tous les jours, et ce n'était pas comme à la maison où une longue nuit de révision et une courte nuit de sommeil l'attendaient .

Hochant la tête en réponse aux paroles d'Akari, Ooki avança sans jamais se détourner. Comme si elle venait tout juste de se rappeler de quelque chose, Akari agrippa son épaule et l'arrêta.

"Ne te promène pas trop loin. Si t'entends un son comme une boîte à musique dans ta tête, tu n'avances plus d'un pas dans cette direction "

Apparemment, c'était tout ce qu'elle avait voulu dire, elle relacha l'épaule d'Ooki.

" A... Attendez une minute ..."

Comme Akari, cette fois, il accéléra le pas, c'est à ce moment là qu'Ooki l'appella. Elle s'arrêta, puis se retourna.

"Quoi !!?"

"Pour la musique dans la tête? Que voulez-vous dire? "

"Pas besoin de réfléchir trop à ce sujet. Cela veut dire exactement ce que j'ai dit ! "

"Exactement ce que... hein??"

Elle se tira alors quelques mèches de cheveux et répondit clairement avec irritation.

"Tu pourrais s'il te plaît arrêter de me questionner à tout va ?!! Nous n'avons pas le temps ! Si on y survit, je t'expliquerais tout ! Si... "

Soudain, les yeux d'Akari s'écarquillèrent. Avec une arme identique à celle que tenait Ooki dans sa main, elle tira au-dessus de l'épaule d'Ooki. Un puissant vent passa tout près de son visage.

"Hein ... ??"

Il se retourna pour voir ce qui devait être touché, dans la direction des lumières émises par l'arme d'Akari. Il n'y avait que des gémissements d'une voix étrange. C'était un enfant ! Il n'était vêtu que d'un simple T-shirt et d'un jeans. Ce qui pris Ooki d'attention était sa coiffure - réunis en grappes de chaque côté de l'oreille. Le visage de l'enfant, avec ses petits yeux et des poches, ressemblait à un tableau mis à la vie.

"Ne m'appellez pas Umayado!"

Surpris, Ooki se retourna pour voir d'où venait cette nouvelle voix. Ses yeux se posèrent sur une chose à proximité, et il s'immobilisa complètement.

C'était le Prince Shoutoku. Il n'y avait pas d'autres mots pour le décrire. Pour une raison quelconque, il portait un T-shirt avec l'inscription "BORN IN USA", avec un jeans troué , et criait son expression terrible. Dans ses mains, jointes en avant de son thorax, il tenait une louche.

C'est seulement à ce moment qu'Ooki réalisa. L'enfant qu'il avait regardé avant était absolument identique à l'autre. Il y en avait un de chaque côté du Prince Shoutoku sur la photo.

"Ne m'appellez pas Umayado!"

Ayant ouvert la bouche aussi grand, Ooki avait pensé qu'il se serait déchiré le visage. C'est alors que le Prince Shoutoku hurla ! La zone autour de lui fut secoué, le Prince prit alors sa louche en main et la pivote par la force vers le bas.

Ooki pensait alors que quelque chose avait trompé sa vue. L'espace situé juste en face du Prince Shoutoku semblait se plier, la distorsion commença lentement à se propager vers l'extérieur.

Au même instant, Ooki entendit un bruit d'éclatement dans sa tête. Comme la sensation de prendre un ascenseur à grande vitesse de plusieurs dizaines d'étages et de les descendre en une fraction de seconde. Le brusque changement de pression d'air endommagea son tympan. Ooki mit ses mains sur ses oreilles, tomba au sol, gémissant, avec une sorte de terrible douleur qui ne semblait que commencer.

Quelques instants plus tard, il ya eu une énorme explosion ! Juste l'instant d'un flash lumineux, l'endroit brûlait au milieu des flammes, et en un instant le quartier devint l'Enfer.

"Que... Qu'esy-ce... Qu'est-ce que ..."

Avec les larmes aux yeux, le regard d'Ooki s'immobilisa sur l'enfant qui avait été pris dans les fils. Tout comme le phénomène qui avait téléporté Ooki et les autres - le "transfert" comme l'avait appelé Akari - l'enfant disparu de la même manière avec la tête vers le bas.

Juste à côté de l'enfant disparu se tenait le Prince Shoutoku, baissant les yeux et innondant le sol de larmes, en hurlant vers le ciel.


== Prochain Numéro [Histoire n ° -0007]: Les hurlements d'un homme incroyable - L'Alien Shoutoku commence sa contre-attaque. ==


-----------------------------

Ouf ! Enfin fini ! :cheers: :smile: J'espere que cette traduction vous aura plu ! ;)
syte21
Chasseur du dimanche
Chasseur du dimanche
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7
Inscrit le: Sam 01 Août, 12:36 pm

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Phil » Mar 04 Août, 4:38 pm

Merci
Hâte de lire le chap 007
(toujours pas sorti en anglais... :bounce: )
Image
MANGA UNDERGROUND v3.1
Phil
Team Leader
Team Leader
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2650
Inscrit le: Sam 10 Nov, 1:06 am
Localisation: End of time

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Kei-kun » Mar 04 Août, 4:41 pm

Merci pour la trad, je vais regarder tout ça :D
Image
Kei-kun
Gantzer Berserker
Gantzer Berserker
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 18994
Inscrit le: Dim 20 Nov, 8:31 pm
Localisation: Essos.

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar ManuLenin » Mer 05 Août, 5:59 pm

Grand bravo pour la traduction.je suis traducteur et je peut te dire que ta fait un tres tres bon boulot.

Sinon j'ai bien kiffé le Chap 8! avec un peu plus d'image ça aurait été parfait.
Dernière édition par ManuLenin le Jeu 06 Août, 1:46 pm, édité 1 fois au total.
ManuLenin
Apprenti Gantzer
Apprenti Gantzer
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 89
Inscrit le: Mer 02 Avr, 8:27 am
Localisation: Porto

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar taliesin » Jeu 06 Août, 1:34 pm

merci pour la traduction c'était excellent

très bonne histoire hâte de lire la suite
taliesin
L'épervier d'Almoha
L'épervier d'Almoha
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4433
Inscrit le: Ven 11 Juil, 8:16 pm

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar syte21 » Jeu 06 Août, 2:21 pm

Merci à tous pour vos remerciements ! :smile: Ca me motive pour peut-être réaliser la suivante... :smile:
syte21
Chasseur du dimanche
Chasseur du dimanche
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7
Inscrit le: Sam 01 Août, 12:36 pm

Re: Roman illustré : Gantz Origins (préquel).

Message non lupar Exicron » Jeu 06 Août, 5:30 pm

Yep merci à toi :) Comme dit auparavant : De la qualité ^^

Prend ton temps pour la trad, qualité vaut mieux que quantité :)
OKLM
Image
Exicron
Caractère psychotique
Caractère psychotique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9970
Inscrit le: Lun 14 Jan, 9:06 pm
Localisation: aux WC

Re: Traductions des chapitres

Message non lupar JASHUGAN » Jeu 01 Oct, 5:35 pm

Spoiler sur "304 Español Shani Andras": 
Pagina 1

La expresión del manga llevada al extremo ha comenzado.

La serialización regresa.

[0304] Estrellas fugaces

De ese día en adelante, la humanidad experimentara días extraordinarios como si fuesen habituales.

El nuevo volumen 27
¡Será publicado el lunes 19 de octubre!

GANTZ fase final

Pagina 2

Mientras tanto, Japón regido por el caos recibe la noticia de que un misterioso objeto volador es el culpable de la destrucción de estados unidos…

Pagina 3

El país con el ejército más poderoso del mundo ha caído.

Anteriormente en Gantz…

Al finalizar las grandiosas sagas de Osaka y de Roma, Gantz revela una cuenta regresiva de una semana de prolongación que causa una gran variedad de emociones en cada uno de los miembros del equipo. Inaba y el viejo mueren, Reika se aprovecha de una falla de Gantz para revivir a un segundo Kurono de la memoria y la idea que tenia el equipo acerca del fin del mundo desaparece. Finalmente llega el momento en que la cuenta regresiva llega a cero, inmediatamente el cielo se torna de color escarlata y comienza a causar incertidumbre en el mundo entero.

Pagina 5

Un miedo que supera la comprensión se fortalece en este dia que todos creen que es normal.

Profesores: ¿Estados unidos a sido destruido?

Seguro fue nuevamente la obra de los terroristas...

Estados unidos...

¿Acaso esto sucedio solamente en Nueva York?

Alumnos: ¿Terroristas?

bah...me da igual...

¿Estados unidos...destruido? No me creo esa...

Seguro solamente fue publicidad para alguna pelicula

Kurono: Mierda...ha llegado...

¡Mierda finalmente ha llegado!

¡la popular serialización finalmente regresa!

Pagina 6

Profesor: Muy bien...hoy dia empezaremos en la pagina 65...

Kurono: ¡No puedo creer a este tipo!

¡Como puede seguir dando clases!

Gente: ¿Otra vez los terroristas?

Mas bien parece...una de esas aburridas peliculas estadounidenses

¡No puedo creerlo! ¿Increible no? ¿Crees que haya sido de verdad?

¡Acaba de ser pasado por la television!

¡Eso era estados unidos!

Pagina 7

Profesor: Responde Kimura

Kimura: Esta bien

Kurono: ¿De verdad estados unidos fue destruido...? ¡No puedo creerlo!

Que demonios ha sucedido

Entonces...todavia no habia terminado...

¡En cualquier momento todo el mundo va a morir!

¡En cualquier maldito momento vamos a morir! ¡Mierda! ¿que voy a hacer?

Pagina 8

Alumno: My Biggest...Thanks goes.

Profesor: I...because

Alumna: You are...muy sunshine.

Kimura: I...discovered.

Profesor: Spurs...spurs work.

Alumna: While Surfing.

Pagina 9

Profesor: ¿Que pasa Kurono?

¿Quieres ir al baño?

Pagina 10

Profesor: Oye Kurono

Alumnos: ¡Esa linterna diurna seguro va a cagar!

De hecho va a cagar

¡Que asco!

Kurono: HA HA HA

Pagina 11

Kato: ¡Ayumu!

¡Si ahora! ¡Esta bien! ¡En la salida sur de Shinjuku!

Television: Estados unidos todavia...

Gente: ¿Oye que pasa ahi?

Hahahahaha

Ese niño...esta medio desnudo.

Hahaha que demonios...

Pagina 12

Gente: ¡Mira eso!

¿¡No puede ser!?

Oh

¿¡imposible!?

Haaaaaaa

Haaaaaa

Pagina 13

Kato: ¡Nishi!

Pagina 14

Kato: ¿Que esta pasando?

¿Que es todo esto?

Nishi: ¿Estas un poco alterado no?

En cualquier momento el mundo va a quedar patas arriba

Kato: Que retorcido eres…

No te creo…

Nishi: ¿Prefieres creer cualquier idiotez que digan por ahi?

Que hipocrita...

Mira a estos idiotas...lo creas o no son igual que el ganado.

Son idiotas que han renunciado al uso de su cerebro, siguen ciegamente cualquier cosa que los medios de comunicación y las compañias les digan hacer

¿En el fondo a ti realmente te daria igual que muriesen o acaso me equivoco?

Pagina 15

Gente: Wow

¿eh?

¡Mira!

¿¡Que!?

Kato: !?

Gente: ¿Que es eso?

Oh

¡Mira!

Pagina 18

Kurono: ¡Tae Chan! ¡Tae Chan!

Alumnos: ¿Quien es este tipo? que raro es

¡Fenomeno!

Kurono: ¡Tae Chan!

Tae: ¿Kei Chan...?

Profesora: ¡Oye esperate un momento!

Pagina 19

Kurono: !?

Pagina 20

Tae: Haaaaaa

Pagina 21

Alumnos: Haaaaa

Haaaaa

Pagina 29

La humanidad se encuentra por primera vez con la desesperación.

¡El siguiente capitulo también tendrá incluida una portada a color![/b]

Gantz[0304]END
En el siguiente capitulo ¡el colapso total de Tokio...!
¡Sera publicado en la YJ#46(Jueves 15 de Octubre)!
GLORY TO THE EMPEROR OF MOTORBALL
JASHUGAN
Astra Imperatore
Astra Imperatore
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19832
Inscrit le: Jeu 19 Juil, 12:51 pm
Localisation: IMPERIUM

Re: Traductions des chapitres

Message non lupar JASHUGAN » Mar 13 Oct, 7:24 pm

Spoiler sur "305 SP Shani Andras": 
[Gantz]
¡Más de diez millones de impactantes copias vendidas!

¡El Tomo 27 saldrá a la venta el lunes 19 de Octubre!

Ha llegado el momento en el que el mundo tendra que abrir los ojos.

¡La tan esperada película Live Action ha sido acordada!

[0305] Rechazo a rendirse
Oku Hiroya

Pagina 3

¡El segundo capitulo de la serialización retornada!
Gigantescas armas descendieron del cielo y ahora se levantan en Shinjuku.
El caos acaba de comenzar.

Pagina 4

Kato: Que demonios...

Otaku: Hahahahaha ¡Lo tienen bien merecido!¡Todos van a morir! // ¡Todo va a comenzar de nuevo! Ha Ha Ha // ¡Como adoro su sufrimiento! Hahahaha

Pagina 10

Personas: HAAAAAAA // WAAAAA // KYAAAAAAA

Pagina 11

Personas: HAAAAAA // WAAAAAAAA

Pagina 12

Personas: KYAAAAAA // KYAAAAAA

Pagina 13

Personas: KYAAAAAA // ¡idiota!¡muevete!

Ayumu: ¡Hermano!

Kato: !?

Ayumu: ¡Hermano! // ¡Hermano! // Ha

Pagina 15

Personas: Ha // Oh // Hyaaa

Pagina 18

Personas: KYAAAAA // HAAAAA

Kato: ¡Ayumu! // ¡Ayumu!

Ayumu: ¡Hermano!

Pagina 25

La capital ha sido destruida.
Sin embargo, esto es solo el inicio de cosas por venir.

GANTZ[0305]END
En el siguiente capitulo, el sufrimiento del exterminio humano continua. Sera publicado en el YJ#48 (Jueves 29 de Octubre).

Spoiler sur "FR à l'arrache": 
Plus de 10 millions exemplaires impactants vendus !
Le volume 27 sortira le lundi 19 octobre.

Le moment pour le monde d'ouvrir les yeux est arrivé.
L'adaptation en film a enfin été acceptée !

[0305] Refus de reddition.
Oku Hiroya

P3
Le deuxième chapitre depuis le retour de la prépublication.
Des armes gigantesques descendirent du ciel et à présent se lèvent au sein de Shinjuku.
Le chaos vient de commencer.

P4

Kato: Bon sang ...
Otaku: -Hahahahaha ! Bien fait pour vous ! Vous allez tous crever !
- Tout va recommencer ! HA HA HA
- Comme j'adore votre souffrance ! HAhahaha

P10

Civils: HAAAAAAA // WAAAAA // KYAAAAAAA

P11

Civils: HAAAAAA // WAAAAAAAA

P12

Civils: KYAAAAAA // KYAAAAAA

P13

Civils: KYAAAAAA // Idiots ! bouge de là !
Ayumu: grand frère !
Kato: !?
Ayumu: grand frère ! grand frère ! HA

P15

Civils: Ha // Oh // Hyaaa

P18

Civils: KYAAAAA // HAAAAA
Kato: ¡Ayumu! // ¡Ayumu!
Ayumu: Grand frère !

P25

La capitale vient d'être détruire.
Cependant ce n'est que le prémisse des évènements à venir.

GANTZ[0305]END
Prochain chapitre : la souffrance de l'extermination de l'espèce humaine continue.
Jeudi 29 octobre chap 306
GLORY TO THE EMPEROR OF MOTORBALL
JASHUGAN
Astra Imperatore
Astra Imperatore
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 19832
Inscrit le: Jeu 19 Juil, 12:51 pm
Localisation: IMPERIUM

Re: Traductions des chapitres

Message non lupar Kaminos » Mer 14 Oct, 10:17 pm

trad 305
Spoiler: 
Gantz Otaku Traduction] GANTZ Final Phase : Chapitre 305 : Capitulation refusée.
Traduction Japonais / Français : Kaminos.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Page 03 :

En gras : Le deuxième chapitre du renouveau de la série !
En normal : De gigantesques armes s'abattent en plein milieu de Shinjuku. Que le chaos commence.



Page 04 :

Katô : Mais qu’est-ce que …

Otaku enragé : HA HA HA HA HA !! Matez-ça enfoirés ! Tout est fini !!

C’est le reset !!

Bien fait pour vos gueules !! (ndt : en VO, il parle du « meshiuma », expression connue sur 2ch, qui vise à se moquer du malheur des autres)



Page 05 :

Sfx ** gigigigiiiiin **



Page 06 :

Sfx ** giiiii … **

Sfx ** gigigigigi **



Page 07 :

Sfx ** giiiiiii **

Sfx ** bushu **

Sfx ** gigigigi **

Sfx ** kyah kyah kyah **



Page 08 :

Sfx ** bouboum **



Page 10 :

Gens : Kyaaaaaah

Waaaaaaah

Kyaaaah

Sfx ** gogogogogogogo **



Page 11 :

Sfx ** zuzuzuzuzuzun **

Kyaaaaaaah

Waaaaaaah



Page 12 :

Kyaaaaah

Kyaaaaaaaah

Sfx ** suts **



Page 13 :

Yaaaaaaah

Fais gaffe abruti !!

Ayumu : Onii-chan !

Sfx ** waouh **

Onii-chan !

Onii-chan !

Ah

Sfx ** Aaaaaaah **



Page 14 :

Sfx ** bouboum **

Sfx ** boum **

Sfx ** boum **



Page 15 :

Sfx ** boum **

Gens : Waah

Ah

Hyaaaa

Sfx ** zun **

Sfx ** boum **



Page 16 :

Sfx ** gigigigigi **



Page 17 :

Sfx ** boum **

Sfx ** bouboum **

Sfx ** boum **



Page 18 :

Kyaaaaaah

Aaaaaaah

Katô : Ayumu !!

Ayumu !!

Ayumu : Onii-chan !



Page 20 :

Sfx ** bouboubouboum **



Page 22 :

Sfx ** doudoudoum **

(ndt : le bâtiment s’écroulant est la marie de Tokyo située à Shinjuku.)



Page 25 :

La capitale, annihilée.
Mais ce n’est qu’un début.



Je manque grave de temps là, mais j'essaierai de passer demain voir si quelqu'un souhaite apporter une modif, etc.

Bonne nuit, moi je suis mort xD
Roulez tout doux à Escoutoux.
Kaminos
Tsundere Lover
Tsundere Lover
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4771
Inscrit le: Ven 03 Nov, 10:28 pm
Localisation: Tokyo

Re: Traductions des chapitres

Message non lupar Exicron » Jeu 15 Oct, 11:45 am

Vive les dialogues o/
OKLM
Image
Exicron
Caractère psychotique
Caractère psychotique
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9970
Inscrit le: Lun 14 Jan, 9:06 pm
Localisation: aux WC

PrécédentSuivant

Retour vers Derniers chapitres


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 0 invités

cron